mercredi 25 août 2010

Arrêt sur image

Je suis une grande cinéphile, mais même si j'aime beaucoup regarder des films à la maison, vautrée dans mon canapé ou lovée dans les bras de M., comme beaucoup je suppose, ma préférence va aux salles obscures. Un film, c'est à voir sur grand écran, dans le noir, parmi une foule d'inconnus, du moins selon moi. Pour l'atmosphère, pour cette sensation agréable d'être seule face à l'écran, même si d'autres sont là, et puis, pour un court instant que j'aime particulièrement.
Cet instant qui dure à peine une seconde, lorsque le titre du film apparaît sur l'écran. Comme pour nous dire : "ça y est, le film commence, vous pouvez vous mettre à l'aise dans votre siège et vous délecter de ces quelques heures, plongés dans le noir." Quand c'est un film que j'ai envie de voir depuis longtemps ou dont j'espère beaucoup, ce seul instant peut me donner des frissons et me fait toujours esquisser un sourire. Comme si j'avais besoin de cette confirmation écrite pour savoir que je vais bien voir ce film, et pas un autre...

Dernièrement, j'ai revu avec plaisir :





Et vu pour la première fois :





J'ai adoré The Young Victoria (je suis un peu amoureuse de Rupert Friend depuis Chéri je crois...), et beaucoup aimé The Private Lives of Pippa Lee et Precious (même si certains passages sont très durs). New York, I love you (comme Paris, je t'aime en fait) était inégal, mais certains courts sont très bien (notamment celui avec Orlando Bloom et celui avec Anton Yelchin).

Et puis, je redécouvre une série de ma jeune adolescence avec énormément de plaisir :

Je m'en souviens comme si c'était hier : je tombais sur les épisodes par hasard et je les regardais sur la mini télé dans la cuisine de ma mamie... Cette cuisine qui me rappelle la délicieuse tarte aux pommes, le chocolat lindt caché dans le placard, la dégustation des noisettes cueillies dans le jardin, la tapisserie à fleurs, ma première gorgée de café (détesté à l'époque), le bourru et les noix, les confitures maisons tartinées sur les cracottes, et aussi le panier de mon premier amour, Vesta, la petite setter de papi...

J'ai trouvé la plupart de ces captures d'écran sur Movie Titles !!, un site qui m'a fait perdre pas mal de temps il y a deux jours et grâce auquel je me suis souvenu de beaux moments de cinéma.











Petite anecdote rigolote : la première fois que j'ai vu Billy Elliot, ce n'est pas ce titre qui est apparu à l'écran au son de T-Rex, mais The Dancer.

5 commentaires:

sierralemon a dit…

Encore une fois, on a l'air d'être portée toutes les deux vers les mêmes films. On va dire que j'en ai vu la moitié, et que le reste se partage équitablement entre titres déjà sur ma liste "à voir" et films que, du coup, je vais chercher à voir (ben oui, c'est largement susceptible de me plaire, du coup) !

Chouette idée, en tout cas, que ces captures, je vais aller voir le site !

l'oeuf qui chante a dit…

Hé hé, tu me diras si tu as aimé alors ! Enfin, c'est vrai qu'on a l'air d'avoir les mêmes goûts donc il y a de grandes chances :)

Madame Alfred a dit…

Tu racontes bien cet instant suspendu dans la salle obscure ... très envie maintenant de revoir certains de ces films, et de découvrir ceux que je ne connais pas .

Toute Petite a dit…

Belle sélection! Voilà qui donne envie d'aller au ciné...

l'oeuf qui chante a dit…

@ Madame Alfred : Merci beaucoup de ta visite ici. J'espère que les films que tu ne connais pas encore te plairont !

@ Toute Petite : Oui, ça m'a aussi donné envie quand j'ai vu toutes ces images.