lundi 9 août 2010

Palabres

Les mots. Ils sont parfois difficiles à trouver. Pour s'imposer au milieu d'une foule ou devant un tableau, pour défendre ses opinions, pour ne pas se laisser marcher sur les pieds. Mains moites, corps tremblant, voix chevrotante, gorge sèche,... Pas à chaque fois, mais quand il s'agit d'exprimer son admiration ou de dire son tout nouvel amour, tous les symptômes semblent apparaître. Heureusement, avec l'expérience, ça passe un peu (parfois). Et puis il y a toujours des subterfuges qui rendent bien service : oublier ses lunettes pour être dans le flou, se concentrer sur un détail au mur, respirer de manière régulière.

À l'écrit, les mots se font plus aisés. On peut les griffonner sur un coin de feuille ou un bout de papier et les garder pour soi. On peut en faire des secrets bien gardés, comme des trésors qui ne sont pas voués à être relus, même par soi. Et puis, quand il s'agit de les envoyer à quelqu'un, on se concentre un peu plus : on raye certaines choses, on en ajoute d'autres, on se relit avec attention. Parfois, la pensée est confuse, sinueuse, filante, les mots ne suffisent pas à tout exprimer. Ou alors on a l'impression de trop en dire. Enfin, il y a les mots que j'écris pour travailler. Ceux-là sont soigneusement choisis, lus à haute voix pour être sûr qu'ils s'emboîtent bien, qu'ils sonnent bien...

Les mots sont aussi parfois difficiles à trouver ici. Au début, je voulais toujours écrire plus de billets, m'imposer un rythme qui rendrait ce blog vivant. Maintenant, il s'agit avant tout de trouver les bons mots, de trouver comment vous raconter ce que je veux vous raconter. Les idées sont là, mais elles sont parfois difficiles à mettre en forme. Et puis il y a toujours cette peur : de lasser, de ne pas intéresser, d'en dire trop, mais aussi de ne pas rester fidèle à moi-même. Ce billet a été laborieux, j'ai mis plusieurs jours à y penser, mais je crois qu'il correspond à ce que j'avais envie de vous dire.

Parce que les mots sont mon métier, j'ai besoin d'en lire beaucoup, pour toujours m'en imprégner, et ce dans plusieurs langues. En anglais bien sûr, et ça je le fais régulièrement, mais en espagnol, j'ai moins l'opportunité, surtout que mon niveau a beaucoup baissé depuis la fac. En espagnol, "mots" se dit "palabras". C'est de là que vient le "palabres" de mon titre, un mot qui en français a une connotation négative qu'on ne retrouve pas dans sa langue d'origine. L'espagnol, une langue que j'aime beaucoup entendre, que je trouve très belle, chantante, et que j'écoute avec plaisir dès que je regarde un film hispanophone. Parfois d'ailleurs, je veux regarder un film hispanique ou latino-américain rien que pour l'entendre. Et pour me remettre à la lire*, je me suis offert ce joli carnet d'illustrations d'Émilie Boudet intitulé Palabras Illustradas.





Si ce petit aperçu du travail d'Émilie Boudet vous plaît, n'hésitez pas à aller en voir plus sur son etsy et sur son blog également intitulé Palabras Illustradas. Émilie qui, comme moi, a décidé de se remettre à l'espagnol, et je lui souhaite bon courage !


* En fait, je trouvais surtout ces illustrations adorables et j'aime beaucoup ce genre de carnet illustré. J'apprends bien mieux quand un mot est associé à une image (comme les enfants).

9 commentaires:

Le citron a dit…

Bien que les mots te sont difficiles à trouver, ils sonnent justes ! En terme de mots la qualité prime sur la quantité (du moins à mes yeux). J'aime beaucoup ce petit carnet illustré :)

juliette a dit…

très joli carnet et très joli article ! moi j'ai fait allemand et j'ai tout oublié :/

Praline a dit…

Tout à fait d'accord avec Le citron, la qualité prime sur la quantité.
Mais je crois qu'au début on est tellement content de commencer son blog, qu'on voudrait toujours en faire plus.
Il faut un certain temps pour trouver son propre rythme.

7yotambien(ànepasconfondreavecYéT'AimeBien) a dit…

Chouette note.
Chouettes illustrations.

christelle is flabbergasting a dit…

Ooooh ! Comme c'est drôle !! Émilie est une très bonne amie à moi... et pouf, je tombe sur ton billet... Je vais la prévenir de ta gentille note ! :)

l'oeuf qui chante a dit…

@ Le citron : Oui, c'est vrai ! D'ailleurs je n'ai jamais écrit pour écrire, ça n'aurait aucun intérêt. Et merci :)

@ juliette : Merci :) Je te rassure, j'ai oublié presque tout en espagnol aussi.

@ Praline : Exactement ! Au début, j'étais super contente, je voulais raconter plein de choses, et puis je bossais moins aussi. Maintenant, la vie suit son cours et mon blog aussi, qui a trouvé son rythme.

@ 7yotambien : Merci ! Donc j'en déduis que tu as fait espagnol ?

@ christelle is flabbergasting : Ça alors, c'est rigolo ! Et bien tu pourras lui dire que je la trouve très talentueuse :)

Emilie a dit…

Grâce à Christelle j'ai découvert ton billet, muchas gracias ! c'est fou comme le monde est petit :-)

Les chroniques d'une blonde a dit…

On perd trés rapidement le niveau de ratique d'une langue et c'est dommage :-(

l'oeuf qui chante a dit…

@ Emilie : Oui, c'est vrai, pour une coïncidence ! Merci à toi :)

@ Les chroniques : Oui, surtout à l'oral je trouve, vu qu'on n'a pas trop l'occasion de pratiquer...