jeudi 21 janvier 2010

It rains cats (and dogs)

Petite, je voulais être vétérinaire. Comme beaucoup. J'aimais tous les animaux, à part bien sûr les reptiles et la plupart des insectes (sauf les coccinelles et les fourmis). Et un jour, j'ai découvert qu'être vétérinaire, cela voulait aussi dire parfois tuer des animaux, et même si c'était pour leur bien, l'envie m'a passé d'un coup.

Petite, ceux que j'aimais le plus, au grand dam de ma mère, c'étaient les chiens. Les gros. Je ne me rappelle pas bien : quelques images me restent, ma main caressant et s'enfonçant dans de longs poils, des grosses truffes mouillées qui respiraient fort, la joie de me faire des nouveaux amis... Et puis il reste ce qu'on m'a raconté : l'inquiétude de ma mère après ma disparition sur une plage et la peur en me voyant caresser un chien de deux fois ma taille. Aussi la compréhension de ce qu'avait pu ressentir sa mère quand petite, elle faisait la même chose.
Et puis cette histoire qui me fait toujours sourire et que je ne me lasse pas d'entendre : mes parents et mes grands-parents affolés de ma disparition, en train de mettre la maison et le jardin sans dessus-dessous, pour finalement me retrouver en train de dormir dans le panier avec l'épagneul breton de mon papi (qu'est-ce que je l'ai aimée cette chienne... ça, je m'en souviens.)

Un peu plus grande, j'ai rencontré mon premier chat, ou plutôt celui de ma grand-mère. Je me souviens avoir passé plus de temps avec lui qu'avec n'importe qui d'autre pendant les repas de famille... Comme je me faufilais sous la table pour le caresser, que je le suivais jusqu'à la terrasse, que je le regardais pendant des heures.

Chat errant à Bruxelles

À partir de ce moment-là, c'était trop tard, le chat était devenu mon nouvel et éternel ami et détrônerait à tout jamais le chien dans mon cœur. Son regard fier, son pelage tigré (telle une panthère), ses pattes de velours, sa jolie queue qui se balançait,... Je l'aimais d'amour et je rêvais d'en avoir un à moi. N'importe où, dès l'arrivée d'un chat dans une pièce, mon attention était volée et entièrement dévouée à cette majestueuse créature. Mon admiration était telle que je voulais la partager avec mes camarades et que je leur apprenais tout mon savoir lors d'un exposé très fouillé puisque je connaissais par cœur toutes les races, toutes les représentations, tous les secrets du chat.

Chat dans un sac

Jeune adulte, j'ai rencontré mon amoureux un peu grâce à son chat. Moi qui en avait toujours été privée, je ne pouvais imaginer quel bonheur cela avait dû être de vivre avec deux chats, et ce depuis sa plus tendre enfance. Finalement, je me suis découverte assez timide face à ses chats au départ : je n'étais plus une enfant, je ne pouvais plus marcher à quatre pattes après eux, leur courir après pour les attraper, et j'ai découvert que malgré tout ce que j'avais lu, n'ayant jamais vécu avec un chat, je ne savais pas toujours comment me comporter face à cet animal complexe. J'ai aussi découvert que les "vrais" propriétaires étaient encore plus amoureux de leurs félins que moi.

Chat d'amour sur un lit

À la même époque, j'ai eu mon premier appareil photo et j'ai commencé à prendre des clichés de tout, et surtout de chats. Malgré les remarques de mes amis ou de ma mère, je m'en fichais : "je prends ce que je veux en photo de toute façon !". Ma mère a suggéré à cette époque que je compile toutes ces photos pour en faire un livre, mais j'ai encore des progrès à faire en photographie avant d'avoir une telle prétention. Heureusement, d'autres le font, et très bien.




Ma maman a offert ce joli livre de Kwon Yoonjoo à mon amoureux pour Noël (même pas à moi !). Je l'ai lu, bien évidemment, et entre les superbes clichés et les illustrations et anecdotes rigolotes, c'est un régal pour tous les amoureux des chats. Pour tous les fans de félins, il y a aussi ce très joli livre dont a parlé Nanikaa et bien sûr, Simon's Cat.

Pour finir, un chat de la toile dont je suis tombée amoureuse récemment, pour avoir le cœur brisé deux heures plus tard en me rendant compte qu'il n'était plus.

Baobao, un chat dans toute sa splendeur.

5 commentaires:

sierralemon a dit…

J'ai souri en lisant la légende "Chat dans un sac" !
Est-ce que c'est toi qui a pris les photos que tu présentes dans ton article ?
J'aime beaucoup les chiens, mais c'est devant un chat que je peux m'arrêter pendant des heures pour le regarder amoureusement...

Sinon, connais-tu Maru ? C'est un chat très curieux et mignon comme tout ; il joue avec tous les objets qu'il trouve avec un grand sérieux...
http://www.youtube.com/user/mugumogu

l'oeuf qui chante a dit…

Les trois premières photos sont de moi, oui ! J'ai fait du tri dans mon ordinateur donc je n'en ai pas trouvé de plus belles, mais peut-être pour un prochain article !
Je ne connaissais pas Maru, mais il m'a bien fait rire. Merci :)

Armelle a dit…

Superbe article sur les animaux. J'aime beaucoup cette sieste dans le panier de l'épagneul breton.... Et puis je suis comme toi, absolument fascinée par les chats depuis peu car il y a une dizaine d'années j'en avais une peur bleue et un jour un jolie chatte grise a tout fait pour m'apprivoiser et me conquérir... Elle a tout gagné !

Miss Poppycock a dit…

J'aime beaucoup ton article, je m'y retrouve!

Baobao était une star incontestée parmi mes contacts Flickr :( et j'ai maintenant un chat qui prend cette position farfelue pour dormir! :
http://www.flickr.com/photos/takethetoyz/3795225808/in/set-72157620708368013/

Mais le compagnon munchkin de Baobao, Beibei est également adorable.

Sinon j'adore la photo du chat dans le sac!

l'oeuf qui chante a dit…

@ Armelle : Merci :) C'est super que tu aies réussi à vaincre ta peur ! Cette petite chatte a vraiment fait du super boulot !

@ Miss Poppycock : Hé hé, les chats et les sacs, c'est toute une histoire d'amour en général.
Ton chat est trop mignon, fais-lui un bisou pour moi :)