mardi 26 janvier 2010

Un samedi tout chaud

Enfin profiter de son samedi matin et dormir, dormir jusqu'à ce que son corps dise "tu es ressourcée, réveille-toi". Rester bien au chaud, collée à son amoureux, et entendre les plic ploc de la pluie qui tombe sur le toit d'à côté. Voir les faibles rayons du soleil envahir la chambre, mais ne pas y prêter attention. Traîner un peu, beaucoup, prendre soin de soi tout en douceur et en fruits. Déjeuner tard, sans se dire qu'il faut se presser, puisque la pluie continue de tomber. Hésiter longuement, et finalement rester à la maison à siroter du thé en feuilletant quelques merveilles, en écoutant de la jolie musique, le tout lovée sous un plaid tout doux en polaire... Surtout ne pas se culpabiliser de ne "rien faire" parce qu'on a bien mérité de se reposer après une semaine si chargée (et un dimanche qui le sera aussi).

Et sortir enfin, parce qu'il faut remplir un peu le frigo. Feuilleter quelques livres de cuisine, s'enthousiasmer pour des recettes et espérer que tous les ingrédients seront là. Rentrer à la maison et avoir bien chaud, pas grâce au plaid cette fois, mais parce qu'on s'active dans sa petite cuisine et que l'idée de ces bons petits plats nous donne du baume au cœur. Enfin pouvoir tester cette jolie trouvaille à laquelle on n'a pas pu résister, surtout après ce voyage en Belgique. Et choisir un plat de saison, qui tient bien chaud.

Velouté de potimarron aux spéculoos

55 g de spéculoos (de chez Dandoy si vous pouvez, des Lotus sinon)
1 potimarron d'environ 1,5 kg
50 cl d'eau environ
100 g de mascarpone
1/2 cuillère à café de quatre-épices
sel, poivre du moulin

chapelure :
40 g de spéculoos réduits en poudre
20 g de beurre salé
sel, poivre du moulin

Peler le potimarron, ôter pépins et filaments et couper en morceaux réguliers de 5 cm.
Mettre dans une casserole avec l'eau, les spéculoos et le quatre-épices. Saler, poivrer.
À ébullition, couvrir et cuire 30 min à feu doux. Remuer à mi-cuisson. Ajouter le mascarpone et mixer. Remettre un peu d'eau si nécessaire.
Pour la chapelure, faire fondre le beurre. Ajouter le poudre de spéculoos, le sel et le poivre. Mélanger à la cuillère en bois. Le mélange doit devenir mousseux et légèrement brunir. Laisser refroidir. En saupoudrer la soupe au moment de servir.


Après ce délice doux et sucré, continuer sur sa lancée et se réchauffer encore un peu. Regarder un film tout simple qui parle de gens comme nous (ou presque) et qui nous tente depuis des mois. Sourire devant des futurs grand-parents un peu excentriques, rire pour des disputes très forcées et une histoire de poussette, être émue par un dialogue de sœurs dans une baignoire, s'émerveiller (et presque hurler "regarde, regarde !") de voir son crabby star de cinéma, sentir les larmes couler sur ses joues face à une danse si mélancolique, et pendant tout le film, se mettre de la jolie musique plein les oreilles (et noter le nom de l'artiste au générique).

Se dire qu'on aimerait voir plus souvent des films tout simples comme ça qui nous réchauffent le cœur, nous font sourire sans interruption pendant 1h30 et nous disent combien c'est bien d'être finalement des gens très ordinaires.

2 commentaires:

Le citron a dit…

Je rêve d'un samedi aussi doux...

l'oeuf qui chante a dit…

Hé hé... Si seulement tous les jours étaient comme ça :)