lundi 11 janvier 2010

Alors Bruxelles je te la donne

Enfin, j'ai fait (un peu) le tri dans mes photos donc je vais pouvoir vous parler de notre séjour à Bruxelles pour le 1er de l'an. C'est difficile de résumer en un billet 3 jours aussi riches en découvertes, en émotions, en petits bonheurs, mais je tente le coup...

Arrivée sous la pluie et dans un tramway souterrain bondé, expérience de départ assez désagréable. Heureusement, pas de mauvaise surprise à l'hôtel, la chambre est grande et agréable, on se pose cinq minutes pour repartir (à pied, tout est à proximité) . Il fait sombre, la nuit tombe vite ; on part un peu au hasard, on découvre une charmante librairie anglaise (où on trouve des mugs et sacs Penguin, une belle compilation d'affiches d'Edward Gorey (j'ai hésité) et de belles couvertures reliées) dont la vitrine nous fait de l'œil, on se rapproche du centre ville. Il y a beaucoup de monde, je m'arrête souvent pour prendre des photos, la lumière faiblit et je ne veux rien rater. On assiste à un magnifique spectacle sur la Grand Place (Pac Man défile sur l'hôtel de ville !), trop de monde devant le Mannekens pis pour prendre de belles photos... On continue de se balader malgré la nuit tombée (il n'est que 17h30) et les restaurants et cafés fermés, à notre grande surprise. Ce n'est pas de très bon augure pour trouver un restaurant pour le 31.







Deuxième journée aussi chargée : visite du Centre Belge de la Bande Dessinée (ça vaut largement les 7 euros), je pense souvent à mon père, grand amateur du 9ème art grâce à qui j'ai lu et aimé mes premières BD et qui m'a un peu (beaucoup) refilé le virus. On apprend d'ailleurs deux jours plus tard que Tibet, le papa de Ricochet, est mort pendant notre séjour à Bruxelles... On déjeune au café du musée, le café Horta, et on mange "belge" : des bonnes boulettes à la viande accompagnées de frites, mais pas de gaufres, on goûtera les meilleures de la ville, ou rien ! Petit détail amusant : pas de carafe d'eau en Belgique, il faut commander au verre. Et vu le prix (au moins 2 euros le verre), autant prendre du jus de fruit ou une bière.









On continue de se balader en ville, un peu plus au Nord, dans le quartier des Sablons, et la nuit nous rattrape encore... J'arrive à convaincre mon amoureux de faire un détour par un magasin de BD aux prix imbattables aperçu la veille, le musée m'ayant donné des envies. On reste un bon moment à traîner dans les rayons, on se réchauffe, on hésite un long moment sur le bon choix (moi surtout), et je ressors toute contente avec une histoire d'espionnage et un chat bavard. Petite pause lecture à l'hôtel avant de ressortir dîner tout près : un petit coin romantique aurait été plus sympa, mais beaucoup de restos étaient fermés le 31. Très bon repas quand même, et on a fini la soirée en admirant le feu d'artifices, ponctué de quelques frayeurs (pour moi, les pétards, ça me fait beaucoup sursauter). Une très belle journée, et le meilleur réveillon qu'on ait passé ensemble. On ne regrette absolument pas la fête habituelle et forcée !




Dernier jour à Bruxelles : tandis que les gens se remettent de leur réveillon, on se balade sous une petite neige dans les rues désertes du quartier des Marolles. Le routard et son petit circuit sont vraiment d'une grande aide pour ne pas rater la moindre miette de ce joli quartier et découvrir les petits détails insoupçonnés qu'offre la ville. On continue de découvrir des façades BD un peu partout, ça me plaît beaucoup de les "chasser" à travers la ville... On rejoint le centre ville, notre quête de la gaufre parfaite tombe à l'eau devant les deux boutiques Dandoy fermées, ; le soleil apparaît enfin, je prend des photos en plein jour, et on finit de découvrir la partie du centre ville qui nous avait échappée. Je commence à me sentir nostalgique à l'idée de partir demain. Notre dernier dîner au Cheese Cake Café me ravit, j'ai l'impression d'être de retour en Angleterre (ah, les pubs...). Garlic bread, délicieux burgers non-industriels, et cheese cake maison of course. Le tout servi avec une délicieuse kriek (ça change de celle en bouteille) dans un magnifique décor et par un serveur très aimable. Bruxelles, tu me manques déjà...











Le meilleur pour la fin : avant de prendre notre train samedi midi, on a réussi à aller au deux magasins Dandoy ! Dans le premier, le magasin d'origine, où vit un ravissant petit chat, on a trouvé des spéculoos ET de la pâte de spéculoos ; dans le second, on a enfin pu déguster les fameuses gaufres et ça valait vraiment le coût d'attendre. Préparées sous nos yeux, encore toutes chaudes et moelleuses, moi qui ne suis pourtant pas fan de gaufres, je me suis damnée pour celles-ci.

Ce séjour a surtout marqué notre premier vrai voyage en amoureux, et je n'ai pu m'empêcher à chaque instant de me dire combien j'avais de la chance d'avoir quelqu'un avec qui je partage tant de choses : même amour des livres et des belles choses, même vision du voyage, même plaisir des repas, même envie de découvertes... On dit souvent que c'est en vacances qu'on se rend vraiment compte de son couple, une fois loin de chez soi : je n'avais absolument pas besoin d'être rassurée à ce niveau-là, et ce voyage m'en a rendu d'autant plus heureuse. Je suis une veinarde (et un peu cucul, désolée...).

4 commentaires:

sierralemon a dit…

Bruxelles me fait très envie, je note tes petites adresses ! Pourquoi pas pour le 31 décembre 2010...

madeleinemiranda a dit…

Ca me donne vraiment envie de découvrir Bruxelles!

Bisous

Toute Petite a dit…

Chouette week end! Je connais un peu Bruxelles (une journée en amoureux et un voyage de classe il y a bien longtemps), mais je n'ai pas exploré la moitié de ce que tu as fait! Ca donne bien envie d'aller faire un tour chez nos amis belges

l'oeuf qui chante a dit…

Je suis contente que ça vous ai donné envie :) Par contre, il a fait très très froid, alors je conseillerais peut-être d'y aller à la belle saison !