mardi 27 octobre 2009

Week-end des trois continents

Le week-end n'a pas seulement été synonyme de papiers, il s'est aussi conjugué avec Asie et Moyen-Orient.

Tout d'abord, vendredi en fin d'après-midi avec un passage chez Uniqlo (trop de monde, j'y retournerai une autre fois) et surtout, au corner de Sadaharu Aoki au rayon gourmet des Galeries Lafayette. J'étais passé devant sa boutique rue de Vaugirard lors de notre parcours énigmes dans le 6ème arrondissement, mais on était tellement à bloc dans les énigmes qu'on ne s'est pas arrêté. Cette fois-ci par contre, pas question de louper ça, depuis le temps que j'en entends parler !!!




Tout a l'air délicieux, les couleurs m'attirent comme une mouche sur du vinaigre, j'ai envie de faire des folies, de goûter à tous les macarons aux parfums si exotiques (umé, yuzu, matcha...), d'engloutir des tonnes de chocolats "maquillage", de tartiner des pots de confiture lait matcha (oui oui), et j'en passe... C'est visuellement sublime, ça a l'air à tomber, et je pense avoir laissé une trace de bave partout autour du corner.

On est finalement assez raisonnable puisqu'on se décide pour seulement deux gâteaux, le Bamboo (au matcha) et le Chocolat Cassis. C'est vrai que cette gamme de pâtisseries nous a tout de suite plu, de par sa forme allongée très classe.



Et à la dégustation, on n'est pas déçus !!! C'est léger, raffiné, les goûts sont bien là (le matcha, délicieux, et le mélange chocolat-cassis, à se rouler par terre). J'y retourne très vite pour les macarons, la confiture de lait matcha, les chocolats, le dôme azuki-matcha, oups je m'emballe un peu...

Samedi, on décide d'aller faire un tour au musée du Quai Branly pour l'expo "Teotihacan la cité des Dieux", surtout qu'il y a des activités spéciales pour les vacances de la Toussaint et notamment une dégustation chocolat avec Pierre Hermé. Non, je ne suis pas un ventre sur pattes ! Une fois sur place malheureusement, on apprend qu'on a 40 minutes d'attente à l'intérieur, en plus des 20 minutes à l'extérieur. Il est déjà 16h, on décide de rebrousser chemin et on tombe nez à nez avec Photoquai, l'exposition photos qui se tient juste en face du musée. Et c'est une très belle découverte.






L'expo cherche à faire découvrir les talents des 3 continents (Asie, Amérique Latine, Afrique) qui n'ont pas de moyen de se faire connaître en France. On peut ainsi admirer de très beaux clichés sur grand format et en apprendre plus sur ces artistes qui méritent cette exposition. J'aime beaucoup comment les photos ont été agencées, même si certains "couloirs" mériteraient d'être élargis au vu du nombre de personnes assistant à l'expo.

L'expo a même plu aux coccinelles.

Pour finir ce week-end des 3 continents, nous mangeons au Paris Hanoï, petit resto vietnamien à deux pas de chez nous. Depuis qu'on a emménagé, on voit toujours plein de monde devant aux heures des repas, et forcément, ça nous a intrigués. On vient à 19h45, et on attend tout de même 20 minutes, dans des odeurs qui nous donnent déjà très très envie de goûter.

Là encore, c'est une bonne surprise. Les assiettes sont très bien remplies, les produits sont bien frais, les viandes et crevettes très bien cuites. Tout est très bien assaisonné, et cuisiné sans glutamate, ce qui est aussi une bonne nouvelle, et surprenant pour un petit resto de quartier qui ne semble pas payer de mine de prime abord. Attention, je dis ça, mais à l'intérieur, ça ne ressemble pas au chinois du coin, c'est très sympa.

J'ai pris une salade de poulet très bien assaisonnée, suivie dune assiette de nouilles sautées aux crevettes succulentes (pas de photo, désolée), le tout arrosée d'une bière vietnamienne, et pour la modique somme de 18,50 euros. Et en sortant de là, je peux vous dire que j'ai très bien mangé, aussi bien quantitativement que qualitativement ! Le service est agréable et rapide, la salle peut-être un peu bruyante, mais vu sa taille et sa cuisine ouverte, ça n'a rien d'étonnant. En tout cas, on est sortis ravis, et on y reviendra très vite je pense.

Deux petits conseils si vous allez au Paris Hanoï : un plat, c'est amplement suffisant, et ils n'acceptent pas la carte bleue, donc retirez du liquide avant.

2 commentaires:

Deer Prudence a dit…

je ne connaissais pas Sadaharu Aoki mais alors c'est direct dans mon carnet spécial "à voir à faire à gouter à Paris".
C'est vraiment terrible toutes ces couleurs, ça chatouille l'oeil, et ça fait presque saliver :)
Je crois que cet aprém je vais me faire une petite descente chez ûn vrai bon pâtissier pas loin de chez moi pour compenser :)

l'oeuf qui chante a dit…

Je suis contente que ça te plaise ! Par contre, je te préviens, une fois sur place, c'est impossible de résister :)